Rencontrez notre bénévole du mois de juillet : M. Moslem Rasuli

M. Rasuli est né en Iran. À l’âge de deux ans, il a déménagé en Colombie-Britannique avec sa famille pour   commencer une nouvelle vie. Ses parents voulurent déménager au Canada afin de donner la chance à leurs enfants   de réussir autant que possible.    Ayant été élevé dans un environnement anglophone, M. Rasuli n’avait pas eu la   chance d’apprendre le français. C’est que dans ses vingtaines qu’en écoutant de la musique rap française, qu’il a   décidé d’apprendre le français ; un processus qu’il a achevé par lui-même. Récemment, à l’aide de l’Alliance   Francophone et Francophile, il a pris des cours de français avancé. Aujourd’hui, il parle très bien le français, et il   peux tenir confortablement une conversation (même s’il ne l’admet pas lui-même).    Comme tout le monde, M.   Rasuli a fait face à des obstacles et a surmonté de nombreux défis. Par contre, ses défis vont le suivre pour le       restant de sa vie. Il est né avec un handicap auditif, et dépend d’un appareil pour pouvoir bien entendre le monde autour de lui. À l’âge de 16 ans, il a commencé à perdre sa vision, et aujourd’hui il est presque non-voyant. Mais sa condition ne l’a pas découragé. Au contraire, il a persévéré, et s’est motivé à prendre avantage de ce qu’il a, au lieu de se permettre de se faire limité par se qu’il n’a pas. Par exemple, il a joué au basketball bien plus qu’avant et il a voyagé autour du monde : non seulement au Canada, mais aussi en Europe et au-delà. Il ne voulait absolutement pas permettre à ses handicaps de le l’empêcher de vivre une vie pleine, et serait le premier à dire que malgré ses handicaps, il peux continuer à vivre et contribuer à la société comme les autres. 

Il ne voulait absolutement pas permettre à ses handicaps de le l’empêcher de vivre une vie pleine, et serait le premier à dire que malgré ses handicaps, il peux continuer à vivre et contribuer à la société comme les autres.

Aujourd’hui, M. Rasuli est un étudiant à l’université Kwantlen, où il continue sa formation dans le domaine du Public Policy. Il est passionné par le comportement humain au sein de la société, et veut jouer un rôle significatif dans le changement des attitudes et des perspectives des gens dans la communauté en ce qui concerne les handicapés. Il a appliqué pour de nombreux emplois à maintes reprises, mais il n’a jamais été embauché, parce que l’employeur ne voyait que des obstacles avec son handicap. Ce sont pourtant des obstacles qui peuvent facilement être surmontés. M. Rasuli dit qu’il existe plusieurs ressources et technologies ces jours-ci qui permettent aux handicapés de contribuer autant que les autres dans un milieu de travail, mais ce qu’il nous manque c’est l’information par rapport à ces ressources. Il aimerait pouvoir changer cela, et permettre à plus de personnes handicapés d’accéder au marché du travail. Son expérience personnel démontre que c’est possible pour les handicapés de contribuer amplement à l’essor de la société. Il espère que sa formation universitaire lui donnera le savoir-faire nécessaire pour démontrer ce fait, et de commencer à améliorer la vie socio-professionelle des personnes handicapés : la minorité de toutes les minorités. 

Nous voulons reconnaître M. Rasuli pour sa volonté d’engagement et de contribuer à la visibilité de notre société et nos communautés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Retour haut de page